Clémentine Beauvais nous offre ses mots

 

dsc00663

Recto et verso de l’unique marque-page à gagner 🙂

Pour vous remercier de l’intérêt que vous avez porté ma chronique de Songe à la Douceur, je vous offre cette nouvelle chronique, ainsi qu’un marque-page dédicacé par Clémentine Beauvais herself ! Tous les infos pour participer à ce mini-concours ici 🙂


couv-comme-des-images-620x987

Comme des images, de Clémentine Beauvais. Editions Sarbacane, collection Exprim’, 5 février 2014, 200 pages, 14€50.

 

 Il était une fois… des ados sages comme des images, au prestigieux lycée Henri-IV, à Paris. Un lycée où les élèves, dès la seconde, se voit déjà en avocat, en médecin, en ministre. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Timothée, par vengeance peut-être, a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde. Ses amis, sa sœur jumelle Iseult, les profs, les lycéens, les parents : TOUT LE MONDE.

  Lire la suite

Publicités

Un poème de 240 pages ?

Chers lecteurs,

Aujourd’hui je reviens avec la chronique d’un nouvel Exprim’. Vous allez me dire, ce n’est pas très extraordinaire, il y en a presque tous les mois, des Exprims. Mais cette fois-ci, ce n’est pas un Exprim’ comme les autres. Ce n’est pas un livre comme les autres. On l’a attendu tout l’été, il sort enfin… j’ai nommé Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais !

couv-songe-a-la-douceur-620x987

Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais. Editions Sarbacane, collection Exprim’. 24 août 2016, 240 pages, 15,50€. 

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

Songe à la douceur, c’est l’histoire d’un amour absolu et déphasé et de ce que dix ans peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

J’ai eu la chance de pouvoir lire Songe à la douceur en avant-première, il y a plusieurs mois, dans une version non définitive qui, je l’espère, n’est pas trop différente de la version publiée (je n’ai malheureusement pas eu le temps de le relire). Alors tout d’abord, bien sûr, un immense MERCI aux éditions Sarbacane pour m’avoir donné cette énorme chance. Lire la suite

Un road-trip déjanté à dos de vélos et de fauteuil roulant

Les Petites Reines, de Clémentine Beauvais. Éditions Sarbacane, 1er avril 2015, 304 pages.

« Et quand on se rend compte de la magie d’un vélo, toutes ces choses qu’il est se mêlent à nous, et on sent à la fois l’air qui éclate sur son passage, la route dans toutes ses craquelures, les sursauts du plus infime de ses engrenages, et le sang à l’intérieur de nous, pompé à chaque coup de pédale. Et soudain, c’est un miracle d’amalgame, une seule et même chose, rapide et bouillonnante, et on est dans l’univers comme si on l’avait créé nous-mêmes. »

  Lire la suite