Es-tu un « Voyeur » ou un « Joueur » ?

Afficher l'image d'origine

NERVE, film sorti en août 2016, de Ariel Schulman, avec Emma Roberts et Dave Franco, 

-Résumé-

NERVE est un jeu en ligne illégal mais très populaire parmi les adolescents. Ceux qui y participent peuvent être au choix des « Voyeurs », et payer afin de regarder les gens jouer ; ou alors des « Joueurs » et relever des défis de plus en plus dangereux, qu’ils filment avec leurs portables en direct sur l’application du jeu. Vee est une adolescente un peu timide et manquant de confiance en elle. Poussée par ses amis à prendre plus de risques dans sa vie, elle commence à jouer à NERVE. Lire la suite

Tenter de grandir

Divines , de Houda Benyamina, film français, 2016.divines 5.JPG

A l’aveuglette, je me suis plongée dans Divines. L’histoire d’une jeune fille de ghetto qui, après avoir rompu avec l’école, se met à dealer, voilà tout ce que je savais. Et je suis sortie les joues trempées, trempées.

Une fausse puissance se dégage du personnage principal, cela crève les yeux, l’écran. Dounia veut grandir et entraine sa grande amie avec elle, Maimouna. Les deux adolescentes ferment les yeux sur le monde réel et rêvent d’argent, de succès. On ne sait pas si elles aiment le risque ou si elles décident inconsciemment de se mettre en danger pour ne « pas de dégonfler ». Des défis idiots qui prouvent la force de la pression exercée sur ces jeunes ; ne jamais montrer signe de faiblesse, même si au fond ils sentent que le faire est idiot. Pousser jusqu’au regret irréparable. Lire la suite

Entre les brumes, l’espoir

room_remstar_1462x2100_fra

Room, un film de Lennie Abrahamson, avec Jacob Tremblay, Brie Larson, Joan Allen. Sorti le 9 mars 2016.

Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.

Aujourd’hui je reviens pour vous parler d’un film… Mais est-ce vraiment un film ? Est-ce qu’un film peut vous faire ressentir tant d’émotions, faire battre votre cœur à ce point, vous chambouler l’esprit pendant plusieurs jours voire toute une vie ? Voilà en tous cas ce que j’ai ressenti en voyant Room, un des films les plus extraordinaires qu’il m’ait été donné de voir de toute ma courte existence. Lire la suite

Comment trouver cent mille marks en vingt minutes

24375Lola rennt, un film de Tom Tykwer, avec Franka Potente, Moritz Bleibtreu. Sorti le 20 août 1998 en Allemagne, 1h21.

Manni doit remettre cent mille marks à un trafiquant. Mais il perd le sac contenant l’argent dans le métro berlinois. En dernier recours, il appelle sa copine, Lola, vingt ans, les cheveux rouges, fragile mais déterminée.  Il est onze heures quarante. Si dans vingt minutes, Manni ne récupère pas l’argent, c’est un homme mort. Désespérée, la jeune femme s’élance dans la capitale. Elle a vingt minutes pour trouver cent mille marks, rejoindre Manni et ainsi sauver l’homme de sa vie…

J’ai vu ce film sans savoir le moins du monde à quoi m’attendre. Et j’ai été bluffée !

Lire la suite

Voir, pleurer, débattre

The Danish Girl

The Danish Girl de Tom Hooper, 20 janvier 2016, 2h

   Je tente un article un peu différent cette fois-ci… Je vais chroniquer le film The Danish Girl de Tom Hooper, puis l’utiliser comme support pour vous parler d’un sujet plus large et engagé (et controversé, c’est vrai). J’espère que ça vous plaira !


   The Danish Girl, donc, est un film américano-britannique-allemand réalisé par Tom Hooper. L’histoire est celle de Lili Elbe, née Einar Wegener, et de son épouse Gerda Wegener. Tous deux peintres danois, ils s’amusent au début à faire jouer à Einar le rôle d’une jeune fille, Lili Elbe, lorsqu’ils sont en société… Jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que c’est en fait Einar qui est un déguisement depuis toujours, sous lequel se cache Lili, sa véritable identité. C’est une histoire certes romancée mais vraie : Lili Elbe est la première personne transgenre à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le film est aussi adapté de deux livres : le roman éponyme de David Ebershoff sorti en 2000, lui-même librement adapté de l’histoire de Lili et Gerda, et du journal intime de Lili, publié sous le titre de Man into Woman: The First Sex Change. (je n’ai lu aucun des deux, mais je vais y remédier bien vite !)

   Le scénario est donc évidemment le grand point fort du film : vous vous en doutez, c’est un film émouvant. Très. (Je pourrais vous dire que j’ai pleuré, mais sachant que je pleure à peu près toutes les deux minutes, ça ne serait pas très représentatif.) Lire la suite

L’univers du cinéma

  Question introductive : c’est quoi, pour vous, ce qui fait qu’un bon film est un bon film ? Bon, on peut aussi se poser la question sur les bouquins, les musiques, les gâteaux et un peu tout et n’importe quoi, mais pour l’instant, je n’ai trouvé une réponse (subjective) que sur le plan cinématographique.

  La voilà donc, ma réponse : l’ambiance. Oui, pour moi, l’atmosphère d’un film compte plus que tout le reste – scénario, acteurs, musiques, décors, mise en scène… Même si bon, j’avoue, je triche un peu : l’ambiance d’un film ça regroupe un peu tout à la fois… N’empêche que, certains films manquent cruellement de personnalité, alors que d’autres sont un monde à eux tout seuls.

  Bref, cet article n’est pas une dissertation (quoique ?) mais une chronique cinéphile, revenons à nos moutons. Voilà donc trois films
(sans classement) parmi mes préférés de tous les temps, pour cause d’ambiance génialissime. Enfin, je dis films, mais je devrais parler d’univers, tant ils vous emportent loiiiiin de votre canapé. Lire la suite

S’inventer une famille pour survivre

420365Dheepan, Jacques Audiard, 2015, Palme d’Or à Cannes, 1h54 min.

-Résumé-

Un homme quitte la guerre du Sri Lanka avec une femme et une petite fille de neuf ans. Ils ne se connaissent pas. Pour voyager, fuir, ils deviennent la famille de « Dheepan », cet homme mort avec sa femme et sa fille quelques mois plus tôt. Ils arrivent en France, l’homme décroche un boulot de concierge dans un immeuble, ils s’y installent.

Et le film peint leur vie là bas.

Dheepan, c’est typiquement le genre de film que j’évite d’ordinaire. Dur, vrai. (parce que je suis vraiment ultrasensible à tout ça –‘) Mais, cette année, je suis rentrée en seconde avec l’option Cinéma Audio-Visuel. Et je me suis rendue compte que j’avais une culture cinématographie… pathétique ! Du coup, au péril de ma sensibilité démesurée, j’y suis allée.

(je vous avouerais que je me suis dit « mais qu’est ce que je fous là ?? » au bout de quelques minutes de film ^^) Lire la suite

Sentiments Colorés du Papier à l’Écran

Vous avez peut-être entendu parler de La Couleur des Sentiments, ce livre adapté en film il y a de ça quelques années. J’ai voulu vous présenter les deux œuvres une par une, et puis j’ai renoncé, parce que ce serait trop me répéter. Vous m’excuserez donc pour la possible anarchie de cette chronique x)

La Couleur des Sentiments, de Kathryn Stockett. Actes Sud/Jacqueline Chambon, 2010, 525 pages.

La Couleur des Sentiments, réalisé par Tate Taylor, avec Emma Stone. 26 octobre 2011, 2h26.

(Pour un résumé, cliquez sur les liens : impossible de résumer de façon courte et je ne veux pas un article de deux kilomètres ^^)

La Couleur des Sentiments, c’est une explosion, justement, de couleurs : l’affiche du film le montre bien, avec ce jaune et ce violet qui donnent tant envie. C’est une explosion de couleurs tout d’abord pour, bien sûr, les couleurs de peau. Mais ça l’est également pour les robes, les grandes maisons, les arbres et toute cette ambiance sud-américaine de l’époque. De ce côté-ci, j’ai préféré le film : les images sont belles. Ça semble bête à dire, mais les images jouent un rôle très important dans la mise en place de cette atmosphère historique qui m’a tant plu.

Lire la suite

« Life is in their hands– death is on their minds! »

12 angry men12 hommes en colère, 1957, de Sidney Lumet, avec Henri Fonda et Lee J. Cobb.

(traduction du titre pour les nuls en anglais : « La vie est dans leurs mains, la mort est dans leur esprit ! »

-Résumé- 

Dans les années 60, aux Etats-Unis, un adolescent de 18 ans venant d’un quartier malfamé est accusé du meurtre de son père et risque la peine de mort. Le film commence lorsque le jury composé de douze hommes se retire pour délibérer. Ces derniers, voulant terminer cette « corvée » au plus vite pour pouvoir rentrer chez eux, procèdent immédiatement  à un vote : onze sur douze votent coupable, or la décision doit être prise à l’unanimité. Lire la suite