Dans nos bulles 

Angoulême 2016   Connaissez-vous Angoulême ? C’est une petite ville pas loin de Poitiers qui est totalement axée sur la BD, les rues portent des noms de dessinateurs (dans des bulles !), il n’est pas rare de voir des immenses fresques sur le mur d’un immeuble, on y trouve une université de BD et surtout, la ville s’anime une semaine par an pour le Festival International de la Bande Dessinée ! Un des plus grands festivals de BD du monde (rien que ça). Mon père travaillant dans le milieu de la BD, il nous y emmène (mon frère et moi) tous les ans depuis que l’on est tout petits.
Le festival de cette année se déroulait la semaine dernière, et je n’y suis allée que le dimanche (mon père y a passé toute la semaine). Le président de cette année était Akira, un mangaka que je connais très peu, et le grand prix a été décerné à Hermann, l’auteur, entre autres, de Jeremiah. Je n’aime pas trop trop personnellement, mais bon !
Les deux principales expos du festival étaient celle sur Morris, en l’honneur des 70 ans de Lucky Luke, et celle sur Hugo Pratt, dont la série Corto Maltese a été reprise cette année par deux nouveaux dessinateurs. J’ai pu voir les deux, très bien organisées, très belles, quasi parfaites ! Il faut dire que ce sont deux auteurs de génie, les dessins de Pratt notamment sont magnifiques, si vous ne connaissez pas, empruntez vite fait un Corto Maltese à votre bibliothèque !
J’ai vu quelques autres expos et conférences, mais je ne pense pas que vous soyez très intéressés par une description détaillée. Alors je vais juste vous présenter mes achats BD (enfin, mes… Ceux de mon père et de mon frère compris ^^) !

Lire la suite

Pour atteindre un rêve, il faut persévérer

Bakuman de T.Ohba et T.Obatha. Édition Kana, tomes 1 à 20, 2010-2015.

-Résumé-

Quand deux camarades de classe, doués en dessin pour l’un et en écriture pour l’autre, décident de collaborer, le résultat n’en est que surprenant. C’est ainsi que Mashiro et Takagi se fixent un objectif pour le moins ambitieux : devenir les mangakas les plus populaires du Japon.

-Mon avis-

Pourquoi un manga ? Pourquoi ce manga (ou plutôt la série complète) ?
En fait, je n’ai pas de réponse. Globalement, je n’aime pas lire de mangas, ni de BD, à cause des dessins. Ici, j’ai flashé sur la couverture du premier tome. Lire la suite

Les histoires d’amour finissent mal, en général

220 Volts, de Sylvain Escallon, d’après le roman de Joseph Incardona. Editions Sarbacane, 6 mai 2015, 144 pages.

« Encore un service de presse ! » Oui, oui, encore un chronique des éditions Sarbacanes, mais pour une fois… C’est une Bande-Dessinée. Et attention : le premier qui me sort que les BD, c’est pour les gamins/incultes/non-lecteurs, je l’étrangle avec ses propres entrailles. (J’ai des élans de cruauté parfois… J’espère pour vous que vous n’en serez pas la cible ^^)
Personnellement, j’ai été élevée avec autant de romans que de BD sur les étagères, alors je trouve que la Bande-Dessiné est un art sous-estimé par beaucoup trop de gens. Un peu comme les dessins animés. Ça n’est pas que pour les enfants trop jeunes pour lire, la preuve avec la chronique d’aujourd’hui…

Lire la suite

Le neuvième art

Aujourd’hui, alors que je me baladais tranquillement sur Internet, j’ai découvert un site de courtes nouvelles ou BD, et je l’ai trouvé génial ! Voici le lien si vous voulez y faire un petit tour :  http://short-edition.com

J’en ai lu plusieurs et j’ai fait une petite sélection de mes préférées. J’espère qu’elles vont vous plaire 😉 !

Lire la suite