La cour sur fond de rock

couv-marquise-620x987Marquise, de Joanne Richoux

Éditions Sarbacane (collection Exprim’)

1er mars 2017

232 pages

15,50 €

Un excentrique milliardaire, qui se fait appeler Le Marquis, a fondé une société secrète : les Voluptueuses. La rumeur prétend qu’il a fait construire une réplique du château de Versailles, quelque part sur une île privée au large de l’Écosse, et qu’une centaine de privilégiés y mènent une vie de rêve. Charlotte et Billy sont prêts à tout pour quitter leur sordide village natal – même à tenter l’impossible. Ils ont de la chance, cette année : le Marquis organise un casting sauvage pour intégrer de nouveaux membres aux Voluptueuses. Huit jeunes artistes, dont eux, rejoindront finalement l’île paradisiaque où s’ébat la communauté. Mais la vie de château leur réserve bien des surprises…

Aujourd’hui, je vous présente Marquise de Joanne Richoux, le dernier né de la collection Exprim’. Une belle claque, et une lecture que j’ai beaucoup appréciée. Marquise, je l’ai d’abord aimé pour son personnage principal, puis je l’ai aimé pour l’originalité de son intrigue et de son écriture, et enfin et surtout, je l’ai aimé pour son atmosphère.

Le personnage principal de Marquise, c’est Charlotte, une jeune fille qui passe ses journées à faire la plonge dans l’unique restaurant du coin paumé où elle vit, et qui passe ses nuits avec son meilleur ami, Billy. Charlotte est orpheline, vit avec sa tante qui se fiche pas mal d’elle, et aspire à de nouveaux horizons. Et c’est tout d’abord pour ce personnage que j’ai aimé Marquise. Charlotte, je l’ai adorée, pour sa grande gueule, pour sa spontanéité, pour son cynisme à toute épreuve ; mais aussi pour son réalisme, pour ses failles et ses faiblesses. C’est un personnage parfaitement bien dosé, au caractère bien trempé, qui semble tout droit sorti de la réalité. Au fil des pages, on découvre la personnalité de Charlotte et on a l’impression de se faire une amie, tellement elle semble réelle, là, vivante derrière le papier. Pire, on fusionne avec elle, sa voix nous emporte et ne fait qu’un avec nous. On pense comme Charlotte, on fait comme Charlotte, on est Charlotte. Comment Joanne Richoux est-elle parvenue à cette prouesse ? je l’ignore. Mais le fait est que par l’intermédiaire de Charlotte, le lecteur s’immerge totalement dans l’intrigue de ce livre et la ressent comme s’il la vivait lui-même.

Justement, cette intrigue, parlons-en. Que d’inventivité ! que d’originalité ! que de rebondissements ! J’ai beau ne pas accorder habituellement d’importance aux plot twist et autres cliffhangers, il faut avouer que Marquise nous tient en haleine du début à la fin, et ne cesse de nous surprendre ! Comment ne pas admirer l’inventivité de l’auteur, qui est parvenue à construire de toutes pièces une histoire inédite, qui s’éloigne des sentiers battus et nous passionne tout au long du roman ? Cette intrigue, c’est du jamais vu, et ce n’est pas peu dire.

Joanne Richoux est impressionnante, aussi bien dans sa capacité à inventer une histoire nouvelle que dans son style d’écriture, qui montre également beaucoup d’originalité. À la première personne, simple, spontanée et sans retenue, sa plume se situe au plus proche du personnage de Charlotte, retranscrivant ses pensées en temps réel. Pas de volonté de surfaire, d’écrire pour écrire : le style se débarrasse de toute fioriture pour aller droit au but et se trouver le plus près possible de la réalité. Impressionnant.

Enfin, et c’est sans doute la spécificité de Marquise, j’ai adoré l’atmosphère de ce roman, qui est elle aussi, vous l’aurez devinée, particulière. Le roman nous emmène au large de l’Écosse, dans une mystérieuse île où la vie de la cour a été répliquée. Cette île se situe un peu entre réel et irréel, car même si le roman n’a pas de dimension vraiment fantastique, on se trouve dans un univers à la fois historique et de science-fiction. Car oui, ce sont vraiment ces deux genres qui sont mélangés ici, et le mélange est explosif ! Toutes les intrigues de la cour sont retranscrites de façon réaliste : amours volages, trahisons, complots… auxquelles s’ajoutent la modernité de notre époque. Une société de l’Ancien régime aux accents punk rock ? Pourquoi pas. Cette île étrange, hors du temps, est passionnante et inquiétante. La découvrir, c’est comme faire un rêve : rien n’a de sens, mais on ne se pose pas de question, on accepte l’insensé.  Grâce à ce mélange génial et indescriptible, Joanne Richoux parvient à mettre en place une atmosphère tout aussi étrange que passionnante, qui va crescendo du début à la fin et offre toute sa richesse au roman.

Pour conclure, Marquise est vraiment un roman unique. Même parmi les Exprims’, il se démarque pour son originalité. Après, bien sûr, l’originalité ne fait pas tout, et je ne peux pas dire que ce roman était parfait. Mais c’est volontairement que je n’ai pas abordé les défauts de Marquise, car ils sont si minimes que je ne les ai pas retenus. Vraiment, ce livre a du caractère. Il surprend, il plait, il passionne. Il en met plein la vue. À lire !

signature-aldiaphora

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s