Innocence perdue

9782246857334-001-x

Après avoir participé au Goncourt des lycéens, je vous avais proposé des chroniques de chacun des livres. Hélas, depuis, coincée entre flemme, maladie et manque de temps, je n’ai rien fait. Mais est ce trop tard ? 😉

Aujourd’hui, c’est Petit Pays de Gaël Faye que j’ai choisi de vous présenter, et ce pour plusieurs raisons. Simplement car, comme vous le savez, il a été élu Goncourt des Lycéens 2016. Mais aussi car cette critique a une histoire un peu particulière… Chaque année, en parallèle du Goncourt des lycéens est organisé un concours de critique. Le principe est simple: envoyer une critique sur l’un des livres de la sélection (avec un nombre de caractères maximum). J’ai donc participé à ce concours, le voyant plus comme un exercice d’écriture en plus que comme une véritable envie de gagner.

Autre chose : 14 des 52 classes participantes au Goncourt des lycéens 2016 ont eu la chance de participer à deux jours à Rennes où ont eu lieu rencontre avec quelques auteurs, atelier d’écriture, lecture sur scène… et nous avons eu la chance d’en faire partie ! Et en ces deux jours s’est également déroulée la remise des prix du concours de critique (voyez cette fine liaison).

On va arrêter le suspens ici : j’ai reçu le premier prix de la critique (dans la catégorie classe Goncourt) ! (c’était tellement irréel, C’EST tellement irréel) Et avec ma critique de Petit Pays qui se trouve ci dessous… bonne lecture ! Et tous les avis m’intéressent, négatifs ou positifs 😉

(preuve en image que je vous raconte pas de bêtises, même si vous n’avez aucune preuve que c’est bien moi aha)

15934602_365131163864997_827266913_n

Petit Pays, c’est la terreur mêlée à la douceur, la haine à l’amour, les larmes aux rires.

C’est la vérité d’une histoire, d’un pays, contée à travers le regard d’un petit Tutsi, Gabriel, plongé dans la réalité qui l’entoure malgré son jeune âge. Malgré la volonté de leurs parents de les tenir à l’écart, lui et sa sœur, de l’horreur qui les entoure, et des politiques qui s’affrontent, les enfants ne peuvent ignorer les cadavres qui entravent parfois les rues, leur famille qui part à la guerre, les soldats qui les arrêtent sur la route. C’est l’innocence perdue trop tôt pour ces enfants.

Petit Pays, c’est un film dans nos têtes, dans nos bouches, dans nos nez. Il éveille nos sens jusqu’au dernier, du juteux des mangues aux couleurs flamboyantes ; Gaël Faye trouve chaque fois le mot juste pour le lecteur.

Ce sont des fragments de vie liés en une histoire, un réservoir bouillonnant d’images pour décrire une vie.

Petit Pays c’est un fossé entre deux mouvements ; la beauté du pays, la lumière de leurs existences juvéniles, l’insouciance. Et puis,  la dureté de la guerre, ce conflit qui dévaste tout, déchire des familles et ébranle des amitiés, rend les sentiments plus forts que la raison, la colère, la rage, la peur aveuglant les actes.

Ce sont des bulles de douceur offertes par la jeunesse des deux enfants qui s’écrivent d’un bout du monde à l’autre, Gabriel et Laure, qui posent des mots d’enfant sur des problèmes d’adulte.

Petit Pays, ce sont des vies détruites par la guerre, sublimées par l’écriture de Gaël Faye, c’est un voyage au Burundi qui touche le lecteur en plein cœur.

« Le génocide est une marée noire, ceux qui ne s’y sont pas noyés sont mazoutés à vie. »Capture d’écran 2015-04-18 à 19.46.10

Publicités

12 réflexions sur “Innocence perdue

  1. Petit Pays… Je l’ai recu pour Noël mais je ne l’ai toujours pas lu ! Il faudrait que je le fasse 🙂
    Ta chronique est magnifique ! C’est amusant, elle me fait penser à de la prose. C’est plus une description de l’atmosphère du livre que du synospis, mais… C’est beau *.*
    Ça devait être merveilleux, cette rencontre !

    J'aime

    • Merci ! Oui c’est ce que j’ai voulu faire ressortir car c’était ce qui m’avait plu dans le livre 😉 aha oui génial !

      J'aime

  2. Chère collègue, tu m’as coupé l’herbe sous le pied. 😉 J’avais justement prévu d’en faire une chronique pendant un moment pas trop chargé de l’année (je peux encore me permettre une heure sue l’ordi ^^) et tu m’as devancé !
    Bref bref, le même avis que toi même si je n’aurai pas écrit ma chronique ainsi. Et toutes mes félicitations pour le prix !

    J'aime

  3. Waw ** ta critique a une forme différente de d’habitude, mais elle géniale ! Tu me donnes vraiment envie de le lire 😉 (y a trop de livres que j’ai envie de lire en ce moment c’est terrible ^^)

    J'aime

    • Aha merci beaucoup ! La forme est venue naturellement lorsque j’ai voulu en faire la critique 😉 il est facile à lire en tout cas, si jamais tu n’as pas envie de te lancer dans un pavé indigeste ^^

      J'aime

    • Je l’ai fini. Il est absolument magnifique. Terrible et terriblement bien écrit (surtout les lettres, et encore plus la dernière adressée à Laure (« il neige sur Bujumbura »)). Merci pour ta chronique parce que tu m’as donné envie de le lire et ça en valait vraiment la peine ! Il mérite amplement son goncourt des lycéens !!

      J'aime

  4. BRAVO !! C’est vraiment un très beau texte, je ne sais même plus trop quoi dire après l’avoir lu…
    Je vais acheter « Petit Pays » de ce pas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s