Place aux fous !

1507-11Les évadés du bocal, de Bruno Longchampt. Éditions Sarbacane, collection Exprim’, 24 août 2016, 176 pages, 15,50€.

Ils sont trois à s’évader de leur hôpital psychiatrique. Trois pieds nickelés soudés au chalumeau de leurs embrouilles paranoïaques, mais sacrément acharnés à vivre. Et puis maintenant, il y a les autres patients de l’asile qui disparaissent sans laisser de trace, ce docteur Martinovic de plus en plus louche, la police qui les traque, et ce monde complètement barge où l’argent a tout écrasé, où on peut croire à tout, parce que tout est possible. Où sont les fous ? On ne sait plus.

Un nouvel Exprim’ ! Sorti en même temps que Songe à la douceur (ma chronique ici), la concurrence est un peu dure pour Les évadés du bocal. Deux livres complètement différents, et malheureusement, je ne peux pas affirmer avoir aimé celui-ci autant que Songe à la douceur.

Pourquoi ? Eh bien, tout simplement parce que, malgré ses personnages déjantés, son style rythmé et son histoire complètement folle, ce livre ne m’a pas fait ressentir grand chose. C’est comme ça, il y a des livres qui ont tout pour plaire, mais qui ne passent simplement pas avec nous. Eh non, on ne peut pas aimer tous les livres, eh oui, il y a certains livres pour lesquels on n’accroche pas, même parmi les Exprim’ ! Mais ne passez pas votre chemin, car c’est tout de même un livre qui vaut le détour, et ce pour de multiples raisons…

  1. Tout d’abord, l’intrigue. Trois patients qui s’évadent d’un hôpital psychiatrique pour déjouer un complot mondial, ça vous tente ? Une histoire de fuite comme on les aime, complètement déjantée, faite de rencontres en tous genres et d’événements de tous types. Surprenant du début à la fin !
  2. Les personnages, bien sûr. Sandro, Lisa et Yves, trois personnages légèrement allumés et paranoïaques à souhait, qui s’unissent pour former une équipe complètement décalée.
  3. Le style d’écriture : simple, direct, efficace. Choquant, acide, coupant, accolez-y n’importe quel adjectif, Bruno Lonchampt ne se préoccupe pas des limites, et c’est rafraîchissant !
  4. Le rythme. Ça commence dès la première page, et est-ce que ça s’arrête vraiment à la fin ? Un condensé en 168 pages d’action, d’action, et d’action. Et de retours en arrière fort plaisants, qui nous permettent de découvrir les vies antérieures de nos trois personnages.

Et cette question à la clé, cette grosse question qui occupe tout le livre (mais finalement, a-t-elle de l’importance ?) : ont-ils raison ? Toute cette machination, tout ce complot visant à les détruire, est-ce vrai ? Ou une simple invention de leurs cerveaux paranoïaques en manque de médocs ?

Voilà pourquoi vous devriez lire Les évadés du bocal. Parce que c’est un livre qui s’éloigne de l’ordinaire, qui nous bouscule et nous emporte avec lui.

Mais alors, pourquoi je n’ai pas aimé ?

Pas aimé, c’est beaucoup dire, mais la chose qui m’a le plus gênée, c’est que je ne me suis pas attachée aux personnages. Je crois que le livre est trop court pour qu’on puisse les cerner vraiment, et on n’est jamais entièrement dans leur tête, et il y a tant d’action qu’il n’y a pas de place pour le personnel. Et du coup, eh bien… Ça perd un petit quelque chose.

Mais après, c’est mon avis, et il est fort possible que vous vous attachiez à ces personnages ! C’est pourquoi je vous conseille ce livre, parce que vous allez passer un bon petit moment dans ce monde parfaitement hors du commun qui est caractéristique de la collection Exprim’. Bonne lecture, et n’oubliez pas de me donner votre avis en commentaire ! 😉

signature-aldiaphora

Publicités

2 réflexions sur “Place aux fous !

    • Ça ne m’étonne pas ! Pas vraiment des défauts, ces détails ajoutent de l’originalité au livre, ça ne l’a simplement pas trop fait pour moi 😉
      Super ! Tu m’en diras des nouvelles 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s