Tenter de grandir

Divines , de Houda Benyamina, film français, 2016.divines 5.JPG

A l’aveuglette, je me suis plongée dans Divines. L’histoire d’une jeune fille de ghetto qui, après avoir rompu avec l’école, se met à dealer, voilà tout ce que je savais. Et je suis sortie les joues trempées, trempées.

Une fausse puissance se dégage du personnage principal, cela crève les yeux, l’écran. Dounia veut grandir et entraine sa grande amie avec elle, Maimouna. Les deux adolescentes ferment les yeux sur le monde réel et rêvent d’argent, de succès. On ne sait pas si elles aiment le risque ou si elles décident inconsciemment de se mettre en danger pour ne « pas de dégonfler ». Des défis idiots qui prouvent la force de la pression exercée sur ces jeunes ; ne jamais montrer signe de faiblesse, même si au fond ils sentent que le faire est idiot. Pousser jusqu’au regret irréparable.

Oui, car Dounia (que l’on suit plus que Maimouna) ne réalisera que lorsqu’elle sera tombée plus bas que terre ce dans quoi elle s’est lancée. Le film s’achève brutalement ; la fin est dure, imprévisible mais pourtant presque… logique. Une fin rose n’aurait pas été possible. Il n’y a pas d’espoir lorsque le rideau tombe ; Dounia a payé ses erreurs.

Les masques tombent au fil du film. On se doute assez vite que Dounia n’est pas réellement méchante, mais ce n’est qu’au cours du film qu’on en est certains et que la jeune fille et sa détresse nous touchent en plein cœur. Lorsqu’elle est infâme alors qu’on veut l’aider, on a envie de lui ouvrir les yeux et de la gifler ; a-t-elle conscience que la vie

divines 6.jpg

n’est pas simplement argent ? Et voir le comportement de sa mère nous fait comprendre. Dounia n’a pas de base, personne sur qui s’appuyer, alors elle veut « être », exister aux yeux des autres. Elle est fragile et se forge une couverture de rebelle.

Cela nous amène à nous interroger sur les relations : chacune de celles de Dounia est différente (avec sa mère, Maimouna, le danseur, Rebecca…). Dounia entraine avec elle son amie en fermant les yeux sur les possibles conséquences catastrophiques de leur nouvelle activité ; dealer.

Et c’est pour ça que la fin est injuste ; parce que l’inconscience de Dounia ne plonge pas qu’elle dans l’horreur.

On retrouve quand même une certaine touche d’humour avec le personnage de Maimouna. Un peu naïve, elle fait confiance à Dounia. Les deux amies s’aiment plus que tout mais l’inconscience de la dernière est encore plus forte ; malgré une première séparation, elle va mettre leur relation en péril une seconde fois. Les dialogues avec Maimouna sont souvent drôles et détendent l’atmosphère du film. Une scène entre les deux jeunes filles est simple et drôle et montre leurs visages à nu ; elles jouent à faire comme si elles étaient dans une Ferrari, et n’essaient pas d’impressionner. Elles jouent simplement.

Beaucoup de personnages restent, de manière générale, oppressants. Le film est sous tension tout du long, et malgré les moments plus légers, on est vite replongés dans l’atmosphère tendue et instable. Il y a parfois même des scènes très brutales ; les mouvements saccadés de caméra cache un peu les images de coups mais adivines 1.jpgccentuent la violence pour le ressenti du spectateur qui se sent perdu dans l’espace.

Certains plans sont d’ailleurs magnifiques. La lumière, le cadre, les mouvements de caméra, les regards des acteurs, wow. Vraiment, les images sont sublimes. Les scènes de dansent vues d’entre les poutres de la salle, bancales, coupées sont comme des intermèdes simples et doux.

Ces plans savent d’ailleurs mettre en valeur Dounia, ou de Oulaya Amamra (l’actrice). Jeune des ghettos, elle ne se met pas spécialement en valeur dans ses survêtements. Mais lorsqu’elle danse pour séduire cet homme, bien que cette danse ne soit pas elle, pas Dounia, elle est envoutante, magnifique. Et sa beauté sauvage, les cheveux lâchés, se prenant au corps à corps avec le jeune danseur.

divines 2.jpg

Au-delà du fait que l’actrice soit très belle,  elle joue à merveille, comme tous ceux qui l’entourent. C’est peut être un des rares films où (presque) jamais je ne me suis dit « tiens, là, c’est une actrice, ce n’est pas la vie, elle joue ». Tous nous plongent dans ce film, avec leurs personnages écorchés, attachants, bordéliques, odieux, inconscients, malsains, méchants, doux, désespérés, perdus.

Je n’ai pas trouvé d’intérêt particulier à l’histoire entre elle et le danseur, mais le film aurait sans doute été lourd sans. Peut-être nous montre-t-elle la faiblesse de Dounia, qui, malgré le fait qu’elle soit toujours sur ses gardes, parait hésitante et plus petite quand  elle est avec lui. En tout cas, leur relation apporte au personnage de Dounia pour nous montrer encore d’autres facettes.divines 7.jpg

Cette histoire peut paraitre un peu « clichée », au fond. Jeune des ghettos qui lâchent l’école et tournent mal. Mais non. Les images que nous avons de ces situations que nous ne connaissons pas forcément sont plus ou moins vraies souvent, et Divines nous emmène merveilleusement « bien » (si cela est possible) dans cet univers.

« T’as fait quoi aujourd’hui ?

Rien.

Mais qu’est-ce qu’il y a ?

J’ai peur.

Moi aussi, j’ai peur. »

Capture d’écran 2015-04-18 à 19.46.10

Publicités

9 réflexions sur “Tenter de grandir

  1. Je l’ai vu hier ! Et j’ai beaucoup aimé ! (Rhaaa, la fin !) Je suis d’accord avec tout ce que tu as dit dans ta chronique, je partage ton avis à peu près sur tous les points. Les acteurs jouent extrêmement bien, et il y a de magnifiques scènes.

    J'aime

  2. Que de critiques positives pour ce film, j’ai décidé d’aller le voir ( malgré le fait que je déteste les films avec des affaires de drogue )
    Je suis tombée malade #fatality
    J’espère que mardi prochain il sera toujours à mon ptit cinéma de quartier en VO et passant des films plus « d’auteur » 😀

    J'aime

  3. J’avais un peu envie de le voir mais mes parents y sont déjà allés. Mais ta chronique me donne encore plus envie ! Donc… Je ne sais pas (en plus des amies l’ont vue et l’ont adoré aussi)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s