Créatures et automates

Monstres à toute vapeur

Monstres à toute vapeur, collectif, Lune Écarlate Éditions, livre numérique.

Chers lecteurs, chères lectrices (et tout autre genre (ou absence de) me lisant), je sors de mon hibernation germanique pour vous livrer la chronique du recueil collectif Monstres à Toute Vapeur, que m’a envoyé nos partenaires les éditions Lune Écarlate, merci à elles !
Je précise que c’est un livre numérique (le premier que j’aie lu au passage, intéressante expérience), le nombre de pages dépend donc du support que vous avez. Dans mon cas, c’était sur iPod touch, chaque nouvelle était d’environ 50 pages, et le total, de 426 pages.

Les nouvelles rassemblées dans Monstres à Toute Vapeur sont toutes du genre steampunk, c’est à dire  « un subgenre de la science-fiction ou de la science-fantasy qui inclue des technologies et des esthétiques inspirés par les machines à vapeur industrielles du XIXème siècle » (merci Wikipédia). En gros, c’est de la science-fiction avec des machines à vapeur, plein de machins en cuivre, des automates et des styles époque Victorienne au lieu de l’électricité et tout le reste, souvent inspiré des romans de Jules Vernes. Elles se déroulent toutes dans une France du XIXème siècle, avec intervention de légendes et de folklores, de magie et créatures féériques, et d’automates. Beaucoup sont des uchronies –c’est-à-dire des histoires se déroulant dans notre monde, mais avec un ou plusieurs évènements historiques modifiés–, ce qui est extrêmement fréquent dans le steampunk (c’est un peu le principe, en fait, réécrire l’Histoire comme si l’électricité n’avait jamais été découverte).

Ma première remarque est… assez négative, en fait. Ce livre, je l’ai lu parce que je suis très intéressée par le steampunk depuis un bout de temps déjà, et que ce service de presse me semblait l’occasion parfaite de m’y initier. Pourtant, j’ai été relativement déçue de la faible présence du genre, qui est pourtant censé caractériser le recueil, dans la majorité des nouvelles : oui, il y a quelques automates qui se baladent, une ambiance XIXème, mais… Pas beaucoup plus. J’ai plus eu l’impression de lire une anthologie des légendes française, avec magie et fées, mais ça ne rentre pas vraiment dans le cadre du genre, tous ces monstres et créatures. Vous me direz, « monstre » est dans le titre du livre, mais disons que j’espérais voir un peu plus du « à toute vapeur » qui suivait (en fait, le titre m’a fait attendre des monstres littéralement propulsés par la vapeur, des gros automates quoi, ce qui est loin d’être le cas ^^) Et puis, le côté science-fiction manque beaucoup à mon goût pour du steampunk.

En même temps, j’admets qu’il est très compliqué de construire un univers complet, ce qui est préférable pour le genre, dans de si rapides histoires. J’ai toujours trouvé les nouvelles trop courtes pour pouvoir s’immerger dans le scénario, et puis des raccourcis faciles sont souvent empruntés, mais je ne peux pas blâmer les auteurs : je suis juste pas faite pour le genre, et je savais à quoi je m’attendais ^^

Pour en revenir à l’omniprésence du folklore français, je me dois d’ajouter que même si ce n’était pas ce que je pensais trouver dans ce recueil, c’était en fait assez plaisant ! Je ne connaissais que quelques unes des légendes qui y sont utilisées, et découvrir les autres m’a beaucoup intéressée.
Les occasionnelles additions de malédictions et charmes dans les nouvelles m’ont aussi plu, parce que qui n’aime pas un peu de magie qui traîne dans les coins, n’est-ce pas ? C’est bien amené et cohérent, ça fait un petit plus sympathique (enfin, « petit », dans certaines nouvelles, l’histoire est centrée autour de ça, quand même).

Quant au style des nouvelles… Eh bien, il varie avec les auteurs !  (sans blague) Sérieusement, la différence entre chacun est très sensible, et lire le recueil est un peu un ascenseur stylistique. Certaines nouvelles ont quelques gros problèmes de grammaire, orthographe et concordance de temps (ah, la concordance de temps. Toujours elle. Un fléau indestructible), par exemple la première, « Un chasseur sachant chasser » ; d’autres encore sont un peu pompeuses à mon goût ; mais ne vous découragez pas si vite : malgré tout, la plupart des nouvelles sont écrites avec fluidité et une jolie plume mélangeant habilement langue du XIXème siècle et style plus actuel.

Je vais finir par une mention spéciale à mes deux nouvelles préférées du recueil, « Le Grincement de la Malbête » pour son écriture élégante et son histoire bien construite et cohérente (avec des loups, wééééé), et « Trois balles, au Commandement » dont le style est tout aussi joli, et le point de vue intéressant (on croit au début suivre le gentil, avant de se rendre compte que ses opinions sont plutôt tordues).

En conclusion, je pense que Monstres à Toute Vapeur est une lecture très accessible et légère, pas mal si vous cherchez de quoi vous détendre 🙂 Ça peut être une bonne introduction au steampunk pour des novices du courant, mais pas vraiment plus, ne vous focalisez pas trop sur ce côté ou vous risquez d’être déçus. Cela dit, si vous êtes intéressés par le folklore français, c’est tout à fait pour vous, ça m’a appris plein de trucs ! De même si le XIXème siècle vous intéresse, même si ça n’est pas très centré sur l’Histoire, l’ambiance est là.

Signature Violette

Publicités

4 réflexions sur “Créatures et automates

  1. City hall…lu les premiers!
    Tu vas aimer je pense, sans trop dévoiler de choses, les personnages principaux ont un grand rapport avec la littérature! Je sais, c’est mal dit, mais c’est pour ne pas en dire trop justement!
    Je suis dans une grosse période manga depuis 2 ans (j’attends toujours mon clin d’oeil manga dans stuttgart en bd😉), et city hall m’a beaucoup plu…dessin et histoire…par contre, j’enrage parce que initialement prévu en 3 tomes, il en compte au moins 7 à présent! Et c’est le gros défaut des mangas…trooooop longs!
    Bref…tu me diras…
    Côte contrevent, je suis dans le siphon! Impressionnant!

    J'aime

    • Je me promets de les lire depuis quelques mois déjà mais je les ai toujours pas cherchés x)
      Haha, n’ait pas peur du spoil pour une fois, je sais déjà qui sont les persos principaux ^^
      Et moi, il faut toujours que je m’initie au genre… Des préférés à me conseiller ? (À ce propos, ça te dirait qu’on arrête de s’écrire des gros pavés sur Aldia et qu’on passe aux mails/Skype/autres ? Parce que j’aimerais beaucoup discuter de la Horde avec toi par exemple ^^ Si tu es d’accord, envoie tes contacts sur l’adresse mail d’Aldia !)
      Bof, 7 tomes, ça va, par rapport aux 4810471 de Naruto, Fairy Tail et compagnie x)

      J'aime

  2. Je ne connaissais pas du tout le steampunk, mais ça a l’air d’être un genre très interessant!
    Merci pour cette découverte 🙂
    (Au fait, je commente rarement car je suis sur portable, mais j’adore tes Stuttgart en BD, moi qui adore l’Allemagne je suis servie!)

    J'aime

    • Si ça t’intéresse, il y a les mangas « City Hall » que je n’ai pas encore lus, mais qui m’ont été très fortement conseillés et qui semblent de parfaits exemples de steampunk (c’est Français en plus :3) !
      Oh, merci ! Ça me fait quand même plaisir ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s