Entre les brumes, l’espoir

room_remstar_1462x2100_fra

Room, un film de Lennie Abrahamson, avec Jacob Tremblay, Brie Larson, Joan Allen. Sorti le 9 mars 2016.

Jack, 5 ans, vit seul avec sa mère, Ma. Elle lui apprend à jouer, à rire et à comprendre le monde qui l’entoure. Un monde qui commence et s’arrête aux murs de leur chambre, où ils sont retenus prisonniers, le seul endroit que Jack ait jamais connu. L’amour de Ma pour Jack la pousse à tout risquer pour offrir à son fils une chance de s’échapper et de découvrir l’extérieur, une aventure à laquelle il n’était pas préparé.

Aujourd’hui je reviens pour vous parler d’un film… Mais est-ce vraiment un film ? Est-ce qu’un film peut vous faire ressentir tant d’émotions, faire battre votre cœur à ce point, vous chambouler l’esprit pendant plusieurs jours voire toute une vie ? Voilà en tous cas ce que j’ai ressenti en voyant Room, un des films les plus extraordinaires qu’il m’ait été donné de voir de toute ma courte existence.

En effet, autant que je m’en souvienne, je n’avais jusqu’à présent jamais vu de film qui réunisse à lui-même autant de critères de perfection que celui-ci. L’intrigue est magnifique, l’atmosphère extraordinaire, les acteurs incroyables… Ce film nous emporte, nous fait rire et pleurer, nous marque, nous tient en haleine, nous touche, nous émeut, nous bouleverse, tout ça à la fois dans cent-dix-huit minutes intenses pendant lesquelles on ne peut décrocher son regard de l’écran.

L’histoire assez « fermée » peut faire croire que ce film n’a pas beaucoup d’action. Au contraire : l’intrigue est parfaitement équilibrée entre la période « salle » et la période « monde extérieur », entre passages émouvants et action angoissante. On ne s’ennuie jamais, on en voudrait même plus : on veut en apprendre plus sur la vie quotidienne dans la « salle », sur le mystérieux kidnappeur, sur les cinq années déjà passées quand commence l’histoire. Ce film pourrait facilement durer une heure de plus, on ne s’ennuierait pas, tant c’est intéressant et intense.

On pourrait croire, à cause du thème plutôt « glauque », que ce film est triste et pessimiste, qu’on en ressortira avec l’envie de se suicider. J’avais moi-même un peu peur de ça – finalement, j’ai été agréablement surprise. Le film est plus ou moins raconté de la voix de Jack, de sa voix tellement naïve, tellement innocente et touchante. Jack a une façon de voir le monde qui ne peut que nous mettre le sourire aux lèvres, malgré les non-dits qui nous terrifient. Et Room en devient presque positif, plus doux que dramatique. C’est ce choix de point de vue qui m’a vraiment plu – le film est extrêmement bien fait, de façon à ce qu’il ait un véritable sens. Cette histoire ne nous est pas juste racontée pour qu’on se rende compte de l’inimaginable horreur de cette situation ; non, il y a quelque chose, qui prime dans les images, dans l’ambiance, quelque chose de beau et d’optimiste qui m’a mis les larmes aux yeux.

Les acteurs… Les acteurs, je n’en reviens toujours pas. En particulier, de Jack : personnage principal, c’est lui qui donne tout sa force au film, et Jacob Tremblay est extraordinaire. Incroyablement extraordinaire. Extraordinairement incroyable. Et magnifique. Et sublime. Et tellement puissant. Poignant. Touchant. TOUT. À seulement neuf ans, il interprète Jack d’une façon tellement… indescriptible. Je crois que je vais me taire pour quelques secondes, laisser le silence prendre le relais, c’est vraiment la meilleure chose à faire dans des moments pareils.

*renifle*

*essuie ses larmes*

Et puis, il est tellement adorable.

*Hum hum*

Bref. Outre Jacob Tremblay, que je garderai à jamais dans mon cœur, les autres acteurs sont également incroyables : Brie Larson, qui joue sa mère, Joan Allen, qui joue la mère de sa mère, et tous les autres, vraiment. Sans eux, le film n’aurait aucun intérêt – car même si l’histoire est géniale de base, elle n’est rien sans ses personnages et leurs magnifiques interprétations.

Que dire de plus ? Rien, si ce n’est que mes trois uniques envies en ce moment même sont :

  1. de pleurer
  2. de revoir Room
  3. de lire le livre dont il est adapté

Sur ce, je vous laisse sortir de chez vous, vous rendre dans le cinéma le plus proche et aller voir Room. Je vous promets que vous ne le regretterez pas.

Tic-Tac-Toe

Publicités

8 réflexions sur “Entre les brumes, l’espoir

  1. « Je vous promets que vous ne le regretterez pas.  » Je… Tu as tellement raison. Ce film, c’est une merveille, une pépite : il est magnifique. Je suis d’accord avec ta chronique, qui a plus de sens pour moi maintenant comme je viens de le voir. C’est l’un des plus bouleversants que je n’ai jamais vu. Je suis sorti du cinéma il y a au moins 45 mins et pourtant, non, je n’arrive pas à sortir de l’ambiance de celui-ci, j’ai encore le cœur qui bat plus vite que la normale… Dès les premiers instants, on sens que ce film ne sera pas commun, mais j’avoue que j’ai eu peur au début qu’il ne me plaise pas. Au final, c’est un film qui m’a transporté, mais… comment dire…il me transportait mais je me sentais toujours au cinéma. Ce sentiment est sûrement lié au silence, au fait qu’il y ait des moments qui montrent le quotidien (qu’il m’est moi arrivé de trouver un peu longs, surtout au début, donc par contre contrairement à toi, je trouve que deux heures suffisent). Mais ces moments où il ne se passe pas grand chose, ils nous permettent de nous faire réfléchir, de nous mettre à la place du personnage, de… de se dire que c’est bien réel, que l’histoire, le scénario est bien inventé mais qu’il pourrait se réaliser. Ce film, je pense que je m’en souviendrai toute ma vie. Il m’a marqué, très fort, et m’a fait et me fait énormément réfléchir. C’est l’un des films où j’ai aussi le plus pleuré. Sans ta chronique, je n’aurais probablement pas été voir ce film, alors encore merci de me l’avoir fait découvrir 🙂

    J'aime

  2. Trop de films cools sont sortis en même temps, juste quand j’ai plein de boulot et pas le temps d’aller au ciné >< dès que je peux je le regarde 😀
    ( bon je dis ça j'ai profité pour aller voir Rosalie Blum et Démolition et c'était super coooool )

    J'aime

  3. J’ai une amie qui a été le voir, elle a adoré, mais le résumé qu’elle en faisait me donnait l’impression d’un film triste, gris et glauque. Tu viens de me faire changer d’avis. Merci !
    On sent que t’as aimé ^^

    J'aime

    • Ahah oui justement c’est l’impression que j’avais avant d’aller le voir, j’ai été agréablement surprise même si ce n’est pas non plus tout rose ^^
      Ça c’est sûr, j’ai aimé ! J’espère que tu aimeras 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s