D’ici ou d’ailleurs

9782203101999

Tous français d’ailleurs, de Valentine Goby. Editions Casterman, 16 mars 2016, 312 pages, 14,95€.

Antonio a fui la dictature de Franco en Espagne ; Leïla a rejoint son père venu d’Algérie pour travailler dans la construction automobile ; Thien Ân a bravé les dangers de la mer pour échapper au régime vietnamien ; la famille d’Adama est partie du Mali tandis que Lyuba a fui la misère en Roumanie. Reem, enfin, quitte la Syrie avec sa famille sur un bateau en Méditerranée.

Tous français d’ailleurs, c’est un recueil de six histoires d’immigration écrites par Valentine Goby. On y rencontre successivement Reem, Antonio, Thien Ân, Adama, et Lyuba, six enfants de pays différents qui se rendent en France pour des raisons différentes. Un grand merci aux éditions Casterman pour l’envoi de ce roman, qui m’a interpelé au premier regard à cause de son thème. Je venais de lire Le temps des miracles d’Anne-Laure Bondoux, qui est aussi une histoire d’immigration, et j’avais envie d’en savoir plus sur le sujet.

Alors, premièrement, un bon point sur ce livre, c’est qu’il m’en a bien entendu appris beaucoup sur l’immigration en France. Après chaque histoire, on trouve un « dossier » très bien fait sur le pays d’origine du personnage et sa tradition d’immigration en France. Ça m’a énormément intéressée et j’ai appris beaucoup de choses qui relèvent de la culture générale (si si, vous savez, cette chose que je n’ai pas ^^’).

J’aurais tout de même aimé que le message du livre soit plus subtil. Je m’explique : on sait que ce roman veut nous faire comprendre l’immigration et nous sensibiliser sur la différence, c’est écrit partout sur la 1ère et sur la 4ème de couverture. Mais finalement, j’aurais préféré que ce soit un peu moins évident, que l’auteure se concentre un peu plus sur l’histoire et l’évolution des personnages, et pas seulement sur le côté informatif et sensibilisant. Finalement, les histoires étaient vraiment faites pour toucher, et j’ai trouvé ça un peu superficiel. Le livre étant de la fiction, j’aurais aimé plus d’inventivité, de péripéties…

Il n’empêche, ce livre atteint son but. J’ai vraiment été touchée par les voix naïves de ces enfants tous différents mais qui traversent les mêmes difficultés. En partageant leurs yeux, leur quotidien, on se rend mieux compte de ce qu’ils traversent qu’en voyant de simples images dans notre télévision. On s’attache à ces enfants, à leurs familles et leurs amis, on est révoltés quand ils subissent des injustices à cause de leurs origines. Certaines histoires m’ont plus intéressée, plus interpelée que d’autres, certains personnages m’ont plus touchée – mais je me suis identifiée à chacun d’eux, alors même que je suis très différente d’eux, et ça m’a fait réaliser des choses dont je n’étais pas forcément consciente.

Ce livre a beau prendre place il y a une cinquantaine d’années, le racisme est toujours présent aujourd’hui ; Tous français d’ailleurs est le moyen parfait pour se rendre compte, tout en douceur, de la situation actuelle et des moyens d’y faire face. Un très beau livre joliment écrit par Valentine Goby et magnifiquement illustré Ronan Badel et Olivier Tallec.

« Ouverts sur le monde, solidaires et riches de nos différences, nous sommes tous français d’ailleurs. »

Tic-Tac-Toe

Publicités

2 réflexions sur “D’ici ou d’ailleurs

  1. Ça a l’air intéressant… Mais c’est vrai que des fois les recueils qui ont pour but de faire passer un message présentent des nouvelles qui ne sont pas spécialement originales mais surtout informatives… Je ne suis pas sûre de le lire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s