Préférez-vous les morts ou les vivants ?

ava

Ava préfère les fantômes, tome 1, de Maïté Bernard. Éditions Syros, 31 mai 2012, 250 pages

   Ava ferma les yeux un instant. Qu’est-ce-qu’elle était venue faire ici ? Elle pensa à toutes ces jeunes filles de par le monde qui voyaient des films de vampires, lisaient des livres de vampires, rêvaient de vampires prêts à sauter jusqu’à leur fenêtre pour les adorer en silence pendant leur sommeil. Mais non, il avait fallu qu’elle soit l’héroïne d’une histoire de fantômes. « Complètement ringarde, ma pauvre fille », marmonna-t-elle avant de reprendre sa surveillance.

   Me revoilà après une longue absence pour vous parler d’une série qui me tient particulièrement à cœur ! Une histoire de fantômes, d’ado amoureuse et d’amitié improbable. Paraît cliché ? Et pourtant, la plume de Maïté Bernard nous emmène loin des stéréotypes qu’on pourrait attendre, avec la série Ava préfère les fantômes.

   L’histoire est somme toute assez simple : Ava voit les morts depuis qu’elle a trois ans, et les ignore stoïquement depuis ce même âge. Seulement, quand elle a 14 ans, elle va passer l’été chez son oncle dans les îles anglo-normandes et y rencontre Cécilia, une vieille femme qui voit également les fantômes. Elle lui apprend que ce don fait d’elle une « consolatrice », c’est à dire qu’elle doit aider les fantômes à mourir pour de vrai et disparaître. Après ça, chaque tome (il y en a cinq) correspond à un séjour d’Ava chez son oncle, où elle doit gérer son nouveau rôle de consolateur –ce qui inclut une organisation monstre pour s’occuper des 300 000 fantômes des îles anglo-normandes– et, si possible, éviter de se faire tuer au passage par certains fantômes malfaisants. À ses côtés, il y a Harald, son meilleur ami fantôme, Cécilia, son mentor, et puis quelques amis/amoureux qu’elle se fait parmi les vivants ou les morts…

   Alors, quoi de spécial à cette série ? Déjà, les personnages. Ava est une des héroïnes les plus attachantes que je connaisse : loin des personnages fougueux et héroïques habituels, elle a un caractère plus « banal », mais pas dans le sens péjoratif du terme, c’est plutôt qu’elle semble vraiment réelle. Elle ne manque pas de courage ni d’intelligence et c’est une fille exceptionnelle, mais le genre de fille exceptionnelle que l’on pourrait avoir pour amie sans trop se poser trop de questions. En plus de quoi, on la voit grandir et évoluer au fil des livres jusqu’à ses 18 ans dans le tome 5.
Les autres personnages ne sont pas délaissés pour autant. Ils sont tous construits, pas des personnages bancals avec une personnalité en carton, et la plupart sont drôles et intéressants. Mention spéciale à Harald, viking mort depuis 800 ans qui n’adresse la parole à personne d’autre qu’Ava, qui est un peu stéréotypé mais quand même passionnant !

   Les relations entre morts et vivants sont aussi un bon point. Voir Ava interagir avec des personnes invisibles au reste du monde mène à des situations souvent comiques, et les tentatives de consolations sont toujours intéressantes à lire, qu’elles soient ratées ou réussies. Une des originalités de la série est d’ailleurs l’organisation des fantômes et de leurs consolateurs : on trouve des syndicats de consolateurs, des élections de fantômes, des partis pour ou contre l’aide des consolateurs, des fantômes représentants de paroisse… Ça peut paraître ennuyeux, mais c’est génial de s’immerger dans cet univers inattendu et pourtant, encore une fois, « banal » : oui, exactement comme chez les vivants, mais avec des morts. Et aborder le fantastique sous un angle aussi logique, je trouve que ça donne un résultat inattendu et passionnant ! Cela dit, vous trouverez aussi pas mal d’action et une bonne dose de sentiments.

   La plume de l’auteure, Maïté Bernard, conte cette histoire avec délicatesse et simplicité. Oui, simplicité : pas de ces grandes envolées lyriques qu’on admire chez certains auteurs (bonjour Timothée de Fombelle (pardon, je fais du hors-sujet)), mais à la place, une écriture fluide et simple qui donne une jolie impression d’authenticité. Et puis, il faut l’avouer, c’est aussi très drôle par moments ! Du coup, grâce à l’histoire et le style simples mais très justes, la série Ava fait partie de celles que l’on peut (re)lire à n’importe quel âge (« dès 12 ans » selon Syros) sans jamais s’en lasser.

   Malgré tout, j’ai quelques petits reproches à faire à ces livres. Dont une bizarrerie que je vous expliquerai à la fin…

   Déjà, bien que je trouve l’évolution d’Ava, de son caractère et de ses sentiments tout au long de la série (de 14 à 18 ans pour elle donc) subtile et intelligente, je trouve que ses intérêts romantiquestombent un peu comme un cheveux sur la soupe. Pas que je ne veuille pas qu’elle tombe amoureuse, bien au contraire, mais là, c’est un peu bizarre : elle change d’amoureux presque à chaque tome… Bien sûr, pour elle, ça revient à une année, mais pour le lecteur, ça arrive trop rapidement et c’est trop peu amené pour que cela semble naturel. En fait, je pense surtout au tome 5 : en un chapitre, on apprend qu’elle est plus ou moins amoureuse depuis quelques temps d’un personnage que l’on connait depuis le tome précédent (voire celui d’avant, je ne sais plus trop) et qui n’avait jamais été traité spécialement. Ça donne un peu l’impression que l’auteure s’est dit « Bon, il lui faut un amoureux… Voyons voir dans ceux qu’on a. Tiens, lui. Un petit chapitre pour expliquer ça et c’est plié. » Je caricature, bien sûr, mais j’ai été un peu frustrée par ces moments que j’ai ressentis comme bâclés.

   Autre chose qui m’a déplue : la fin. En fait, quasiment tout le tome 5 m’a un peu déçue. Il est sorti il y a peu de temps et je l’ai acheté au Salon du Livre de Montreuil, où j’ai pu rencontrer l’auteure (pour la troisième fois !), qui est très gentille et qui m’a laissé l’interviewer, merci à elle !
Ce tome 5, donc… Je vous l’ai déjà dit, l’intérêt amoureux qui y est développé m’a parut étrange. Mais il n’y a pas que ça. Je n’ai pas non plus beaucoup aimé l’intrigue, qui se rapprochait pas mal de celle du tome 1, ce qui ne m’a pas semblé très pertinent après tous les développements apportés par les trois tomes du milieu qui semblent juste.. effacés ? Ava y fait allusion et certaines choses ont changé, oui, mais j’ai eu l’impression que ça n’avait rien apporté à Ava et que l’histoire revenait juste en arrière. Je dois avouer que c’est aussi parce que je n’aime pas trop les histoires policières et que ce tome se rapproche plus de ce genre que les autres (à l’exception du tome 1).
Il y a aussi la fin à proprement parler, celle du tome 5 et donc de la série. C’est peut-être le Bisounours qui est en moi qui parle mais je l’ai trouvée perturbante et trop triste. C’est paradoxal, parce qu’elle est plutôt porteuse d’espoir, mais disons que les possibilités qu’elle ouvre et qu’il incombe au lecteur d’imaginer m’ont parues trop décevantes, trop différentes du reste de la série, trop dérangeantes. Le ton a changé d’un coup, et pas pour le mieux… Et les révélations finales sur les sentiments et relations des personnages principaux m’ont vraiment, vraiment déplues. J’essaye de ne rien vous spoiler, mais c’est pas facile, alors disons juste que je déteste quand l’amitié est dévalorisée en en transformant une belle et touchante en romance. Je ne veux pas me lancer dans un débat philosophique, mais pour moi, l’amitié est terriblement importante et précieuse, et l’amour, s’il l’est aussi, n’est pas forcément supérieur. Peut-être que cet avis est lié à mon statut d’adolescente de 15 ans, mais n’empêche : les évolutions de relations, de personnages et d’intrigue sont allés pile dans le sens que je ne voulais pas pour cette série.

   Dernière chose, j’ai remarqué quelque chose de très étrange dans ce tome final, que je n’avais jamais vu dans aucun autre livre. Parce qu’avant de le lire, j’ai relu tous les livres assez vite comme je le fais toujours quand un nouveau tome d’une série que j’aime sort, et parce que j’ai une plutôt bonne mémoire, j’ai repéré dans le livre des passages qui me paraissaient familiers… J’ai vérifié, et résultat : des passages entiers de ce tome sont recopiés presque mot pour mot des tomes précédents. Je vous laisse juger par les images, et ce ne sont que des exemples parmi d’autres. (attention, ça risque de vous spoiler légèrement)

Ava t.4/5

Une page du tome 4… et une autre du tome 5.

   C’est, euh, perturbant. Je n’ai aucune idée de ce que ces passages font là, ni de pourquoi l’auteure les au réutilisés. Je pense qu’elle a simplement oublié qu’elle avait écrit ses passages, et qu’ils sont ressortis de son inconscient au moment où elle en avait besoin, une faute involontaire donc. Ça n’en reste pas moins très déstabilisant et je trouve que l’éditeur aurait pu repérer un problème comme celui-ci… Ça m’a fait tout bizarre, en tous cas. Et je pense que ça a contribué, inconsciemment, à mon avis plutôt négatif de ce dernier tome !

   Malgré tout cela, je vous recommande quand même chaudement la série, divertissante plus que grandiose, mais géniale en son genre, légère, simple, et pourtant porteuse de beaucoup de sens implicites, une qualité que j’apprécie beaucoup ! À vous de voir si vous tentez le tome cinq ou si vous vous arrêtez au milieu… Personnellement, j’avoue que je regrette un peu d’avoir lu cette fin, mais c’est vrai que c’est frustrant de ne pas lire le dernier tome.
Si vous l’avez lu ou que vous comptez le lire, dites moi ce que vous en pensez !

Petit PS : juste un petit fanart que j’ai dessiné pour Maïté Bernard, je l’ai pris en photo avant de le lui donner, alors voilà… 🙂Ava fanart

Capture d’écran 2015-04-18 à 19.46.05

Publicités

2 réflexions sur “Préférez-vous les morts ou les vivants ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s