Coming Out pour tous ?

Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens, de Becky Albertalli. Editions Hachette, 15 avril 2015, 315 pages.

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a rencontré Blue ; il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée. 2/ Blue est irrésistible. 3/ Il l’apprécie énormément. Pour être tout à fait honnête, il commence même à être un peu accro.

Vous avez peut-être entendu parler de ce roman, qui a pas mal tourné sur la blogosphère vers le début de l’été. Je viens vous en parler aujourd’hui, en prenant le risque que vous le connaissiez déjà, parce qu’il m’a incroyablement touchée, et que j’aimerais partager ça avec vous.

L’histoire commence tout simplement : Simon oublie de fermer sa session sur un ordi du lycée, et Martin, un de ses camarades, découvrent les mails qu’il échange avec Blue. Naturellement, parce qu’il faut bien que l’intrigue commence quelque part, Martin menace Simon de révéler son orientation sexuelle au reste du monde s’il ne lui arrange pas un coup avec sa meilleure amie.

Il faut dire que le personnage de Martin m’a agréablement surprise dès les premières pages. En lisant le résumé, on s’attend à un mec méchant et agressif, du genre à s’en prendre aux plus faibles – bref, totalement cliché. Eh bien Martin, en réalité, n’a rien de cliché ; rien de méchant, non plus, et quand il demande à Simon de lui présenter son amie Abby, il est très gêné.

Et cette intrigue de chantage n’occupe en réalité pas une place très importante dans le reste de l’histoire. Ce que j’ai adoré dans ce livre, ce sont toutes ces intrigues différentes – celle de la correspondance avec Blue, celle de l’identité de Blue, celle de l’adorable Cal, celle du théâtre, celle des amis de Simon, celle du coming-out – qui s’entremêlent pour créer un roman d’un réalisme exceptionnel. Comme je l’ai lu dans une critique du livre, on croirait presque que Becky Albertalli a volé le journal intime d’un ado qui a réellement existé pour écrire ce roman.

Les personnages, également, sont géniaux : tous différents, bourrés de qualités et de défauts, chacun réagissant différemment dans telle ou telle situation, et tous incroyablement attachants. Surtout Simon, Simon qui n’ose pas avouer au monde qu’il est gay, Simon qui n’y comprend rien à ses sentiments, Simon qui aime les Oreos, Simon qui aime le théâtre, Simon qui aime Harry Potter.

Voilà ce qui fait la force de ce livre : le réalisme des intrigues et des personnages, qui fait qu’on s’y croit, qui fait qu’on y est. On apprend peu à peu à connaitre les personnages, on suit Simon, on est Simon, on s’attache à ses amis, à ses parents – si bien que quand on referme le livre, ils nous manquent. Réellement.

En plus d’être génial, ce livre véhicule un message d’actualité, et de façon naturelle, originale – comme une évidence. Je suivrai maintenant Becky Albertalli de plus près, parce que ce qu’elle a construit ici, avec ce roman, ces intrigues et ces personnages, est extraordinaire.

« Tu ne trouves pas que tout le monde devrait en passer par le coming out ? Pourquoi l’hétérosexualité serait-elle la norme ? Chacun devrait déclarer son orientation, quelle qu’elle soit, et ça devrait être aussi gênant pour tout le monde, hétéros, gays, bisexuels ou autres. »

Tic-Tac-Toe

Publicités

15 réflexions sur “Coming Out pour tous ?

  1. Alalala! Ce livre a l’air génial! Il faut que je le lise!! 😛
    Par contre si je n’avais vu que la couverture et le titre, je ne pense pas que je l’aurais lu… Je trouve le titre bof. C’est dommage, car c’est à cause de cela que je passe souvent à côté de petites pépites littéraires ^^

    J'aime

  2. Ow, je n’avais jamais entendu parler de ce roman, et il semble vraiment super! J’adorerais le lire, il a l’air magnifique, et la petite citation que tu as donnée n’arrange pas la chose 😉 Si je peux le trouver, je le lirai avec plaisir ! Merci pour ta chroniques !

    J'aime

  3. C’est un livre que je n’ai encore pas vu sur la blogosphère, mais je suis toujours un peu à la ramasse. ^^’ Je l’ai v sur Lecture Academy et il ne m’intéressait absolument pas, car je n’avais pas eu la curiosité de regarder le résumé. Mais il a l’air vraiment pas mal du tout, j’aime bien ce genre de roman, et ta chronique donne envie. Cependant, j’ai peur que ça ressemble un peu avec certaines parties de « Will & Will » de John Green et David Levithan, un livre que je n’ai pas du tout apprécié (en partie car le style de John Green m’horripile plus qu’autre chose)… Il n’empêche, si un jour je peux l’emprunter, pourquoi pas. Merci pour ta chronique !

    J'aime

    • Je n’ai pas lu Will & Will mais c’est vrai que quand j’y pense, il me semble que ça traite du même sujet, oui ^^ Tu me donnes envie de lire Will & Will, juste pour voir comment c’est traité x) Merci pour ton comm !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s