S’inventer une famille pour survivre

420365Dheepan, Jacques Audiard, 2015, Palme d’Or à Cannes, 1h54 min.

-Résumé-

Un homme quitte la guerre du Sri Lanka avec une femme et une petite fille de neuf ans. Ils ne se connaissent pas. Pour voyager, fuir, ils deviennent la famille de « Dheepan », cet homme mort avec sa femme et sa fille quelques mois plus tôt. Ils arrivent en France, l’homme décroche un boulot de concierge dans un immeuble, ils s’y installent.

Et le film peint leur vie là bas.

Dheepan, c’est typiquement le genre de film que j’évite d’ordinaire. Dur, vrai. (parce que je suis vraiment ultrasensible à tout ça –‘) Mais, cette année, je suis rentrée en seconde avec l’option Cinéma Audio-Visuel. Et je me suis rendue compte que j’avais une culture cinématographie… pathétique ! Du coup, au péril de ma sensibilité démesurée, j’y suis allée.

(je vous avouerais que je me suis dit « mais qu’est ce que je fous là ?? » au bout de quelques minutes de film ^^)
J’ai vraiment beaucoup aimé ce film (wooouh, l’entrée en matière tellement stylée et originale –‘).

La première raison, c’est que c’est un film français. Du coup, on n’a pas à être gêner tout le film parce-que-le-cinéma-ne-propose-pas-en-vostfr par le mauvais doublage. Et c’est vraiment cool. De plus, comme les personnages ne parlent pas français, ils ont laissé les textes en sri lankais, en les sous titrant (plus de la moitié du film, je pense). Ça rajoute vraiment au réalisme de leur situation.

La deuxième raison, c’est que malgré le thème dur (migrants en situation assez précaire), et malgré le fait que cela soit très 4638489_6_4e78_antonythasan-jesuthasan-dans-le-film-francais_7f4677384c217d93f976249424484de1bien représenté, ce film n’est pas choquant. J’entends par choquant vraiment perturbant, qui te laisse un goût amer à la fin. Jacques Audiard ne laisse pas le réalisme de côté (d’ailleurs, petite parenthèses : « ce film peut heurter la sensibilité de certaines personnes », à part sur l’idée générale du film, cet avertissement est concentré sur les 10 dernières minutes du film, qui contient une ou deux scènes un ptit peu violentes mais bon), non, mais… je l’ai plus vu comme un film qui te touche, percutant, bouleversant, presque qui t’informe du monde qui t’entoure.

Et puis, les acteurs sont complétement inconnus, alors aucun risque de « déjà vu », de personnage associé malgré nous.

J’ai apprécié Dheepan aussi pour, dans un sens, son immense simplicité. Il n’y a pas d’artifices, c’est leur vie, leur crasse, ils vivent comme ils peuvent, il y a des emmerdes, des bons moments.

Voilà, cette chronique est toute simple, mais j’avais envie de vous faire partager ce film.
Si vous avez l’occasion de le voir, n’hésitez pas. Je ne m’y connais pas forcément en cinéma, mais j’ai trouvé qu’il représentait bien une telle situation (c’est pas pour rien qu’il a eu la palme d’or en même temps haha).

Capture d’écran 2015-04-18 à 19.46.10

Publicités

7 réflexions sur “S’inventer une famille pour survivre

    • On n’en a pas tellement entendu parler, c’est dommage. Merci pour ton commentaire, ça fait toujours plaisir de voir qu’on fait découvrir des choses !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s