Au bord du vide

Version américaine : All The Bright Places, par Jennifer Niven. 1er juin 2015, Random House Children’s Books, 400 pages.

Version française : Tous nos jours parfaits. 17 septembre 2015, Gallimard Jeunesse, 384 pages.

Quand Violet Markey et Thedore Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante, l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.


-Tic-Tac-Toe-

Mon clavier est un peu rouillé de ne pas avoir écrit une seule chronique de tout l’été, mais je vais tout de même tenter de me faire comprendre quant à mon avis sur ce livre.

All The Bright Places n’est pas encore sorti en français. Il sort le 17 septembre chez Gallimard Jeunesse sous le titre « Tous nos jours parfaits ». Si je ne m’en réfère pas par ce nom, c’est parce que je l’ai lu en anglais, mais aussi parce que je n’aime pas vraiment cette traduction qu’ils ont fait du titre. Il n’est pas moche, au contraire, c’est un titre assez joli, et il a un rapport avec le livre – mais ce livre, ce n’est pas ça. En fait, j’ai l’impression que, « Tous nos jours parfaits », c’est limite cucul, alors que le roman ne l’est absolument pas.

« All The Bright Places », ça veut dire « Tous les endroits lumineux », et ce livre parle de ça.

Violet et Finch vont se retrouver ensemble pour un devoir d’histoire-géographie, qui consiste à choisir des endroits particuliers de l’Indiana – l’État où se passe le roman – et à aller les visiter. Et c’est ça – outre l’histoire d’amour magnifique et la façon dont le thème du suicide est abordé –, qui a fait que ce livre était sublime. Ce petit plus dans l’intrigue, original et envoûtant, qui fait qu’on s’accroche au livre, à ses personnages, et qu’on ne veut plus les quitter. On suit Violet et Finch à travers leur découverte de l’Indiana, cet État qu’ils croyaient inintéressant mais qu’ils découvrent emplis de merveilles, et on les voit se rapprocher au fur et à mesure ; se rapprocher l’un de l’autre et se rapprocher d’eux-mêmes.

L’écriture de Jennifer Niven est magique. Elle alterne entre les points de vue de Finch et Violet et arrive à leur donner un ton vraiment différent. Car ce sont deux personnages radicalement différents, même s’ils sont tous les deux un peu perdus et incroyablement touchants. Ils ont tous les deux vécu des choses difficiles, mais l’auteure arrive à ne jamais rentrer dans le cliché et c’est génial. Je me suis surtout attachée à Finch, qui réfléchit à tout, qui est original, décalé, solitaire et qui n’a pas peur du regard des autres. Violet avait une vie parfaite, des amies, un petit ami, jusqu’à ce que sa sœur meure ; elle est touchante, parce qu’elle n’arrive pas à faire le deuil d’Eleanor, alors même que l’accident date de huit mois. J’ai adoré le décompte des jours, au début de chaque chapitre, qui change au fur et à mesure du livre, tandis que Violet et Finch évoluent, l’un avec l’autre.

Et puis la fin. Je ne veux absolument pas spoiler, donc je dirais simplement que c’est une fin comme je les aime. Triste, et pourtant, on sent que c’est la seule fin qui convient. Parfaite.

C’est une histoire d’amour magnifique, dramatique, touchante. À ceux qui ont peur que ça ressemble trop à Nos Étoiles Contraires, c’est faux. C’est totalement différent (Franchement, ça commence à m’insupporter, le fait que tous les livres soient comparés à Nos Étoiles Contraires. Non pas que ce ne soit pas bien. Ne vous méprenez pas, j’adore Nos Étoiles Contraires. Mais faut pas non plus considérer ce roman comme la Bible de la littérature Young Adult. Fin de la parenthèse.)

En tous cas, je ne peux que vous conseiller ce roman, parce qu’il est génial. Il a tout pour lui : des personnages attachants, une intrigue originale et belle, une écriture magnifique.


-Violette-

J’ai pris ce livre un peu au hasard, parce qu’un libraire me l’avait conseillé parmi d’autres et que la couverture était jolie. Et… Je ne l’ai pas regretté. Ce livre est une petite merveille ! (attention, je l’ai lu en anglais, donc je ne peut pas garantir que la version française sera aussi bien que je le décris. Mais bon, ça ne devrait pas changer tant que ça quand même ^^)

Le premier point positif, c’est les personnages. Ils sont terriblement attachants, que ce soit Violet, l’ex-fille populaire qui essaye de faire bonne figure, ou Amanda, cette fille hautaine et méchante… Mais pas tant que ça. Celui que j’ai le plus aimé, pourtant, c’est Finch : un garçon moqué de tous, qui se refait une personnalité tous les trois jours, qui a deux amis à peine et une famille en miettes, fasciné par la mort et le suicide. Il a l’air morbide, n’est-ce pas ? Et pourtant, il est tellement attentionné, gentil et amoureux que vous ne pourrez pas vous empêcher de le trouver adorable.

Ensuite, il y a l’écriture de Jennifer Niven. C’est le premier roman qu’elle écrit pour la jeunesse, et c’est en partie des expériences vécues…. Et ça se sent. Ses mots sont justes, touchants, profonds. Pas aussi poétiques et ensorcelants que ceux de Timothée de Fombelle ou Pierre Bottero par exemple, certes,  mais ils font parfaitement passer les émotions portées par l’histoire. C’est tout et c’est déjà beaucoup.

En revanche, j’ai quelques réserves sur l’histoire. Alors oui, c’est une émouvante histoire d’amour sur fond de drame avec quelques originalités comme le projet d’école et les merveilles de l’Indiana. Mais ça reste une histoire assez classique, somme toute… En fait, c’est plus dû à un trop-plein qu’à un réel défaut du livre : j’ai lu beaucoup trop de livres du genre, et j’ai l’impression qu’ils se ressemblent tous. En ce moment, de plus en plus de romans Young Adult sortent et ils ont presque tous la même histoire : un garçon et une fille pas comme les autres, qui tombent amoureux d’un amour plus fort que tout, et paf, à la fin, y’en a un qui meurt (ou, il y a un drame, de manière générale). Et franchement, j’en ai un peu marre, j’ai juste l’impression de lire et relire et rerelire la même histoire en boucle avec quelques variations. Bon, là, c’est différent : la plume de Jennifer Niven et les personnages magnifiques donnent au livre la saveur que l’histoire n’apporte pas, mais il y a quand même un arrière goût de déjà-vu dans cette lecture.

Un autre truc que je n’ai pas trop aimé, contrairement à Tic’ : la fin. Je ne veux pas vous spoiler, mais sachez juste que cette fin est triste et marquée d’un drame, comme… Bah comme presque tous les romans du genre, pas de grosse surprise. Sauf que là, je n’ai même pas versé une petite larme, moi qui suis plus émotive que Sansa Stark (dédicace à ceux qui regardent GoT ^^). Pourquoi ? Peut-être parce que la fin est mal amenée, parce que je m’y attendais depuis le début, parce que je ne l’ai pas lu dans les bonnes conditions, parce que je suis un cœur de pierre… Honnêtement, je ne sais pas, mais la fin ne m’a fait ni chaud ni froid (fin presque). Et j’ai trouvé qu’elle était assez mal choisie : j’ai eu l’impression que l’auteure a décidé de faire une fin triste parce que c’est comme ça qu’on fait dans ces romans, c’est la vie, après tout ! Sauf que NON, la vie, ce n’est pas un enchaînement de drames qui se finit toujours mal. Je ne dis pas que vie=bisounours, juste qu’il faut savoir trouver un juste milieu (et je ne crache pas non plus sur les fins tristes, certaines sont juste parfaitement écrites/choisies, mais j’aimerais que ça ne devient pas une alternative facile pour pouvoir qualifier un roman d’émouvant/YA).

Au final, je me rend compte que j’ai pas mal critiqué le livre alors qu’en fait, il est génial ! Je l’ai plus utilisé comme moyen de parler de mon ras-le-bol des romans YA pseudo-émouvants, mais All the Bright Places est loin d’être le pire, et il reste un très bon livre que je vous conseille du fond du cœur. Parce qu’il est touchant, intelligent, bien écrit, passionnant et que franchement, l’héroïne a vraiment un nom magnifique :mrgreen:Capture d’écran 2015-04-18 à 19.46.05

Tic-Tac-Toe

Publicités

12 réflexions sur “Au bord du vide

  1. Je viens de le lire ! J’ai adoré, un petit livre magnifique ! Bon après, la fin… comme Violette j’en aurais préféré une autre, mais j’ai quand même (presque) versé une p’tite larme. Merci de m’avoir fait découvrir ce beau roman ! 😉

    J'aime

  2. J’adooore les chroniques à plusieurs avis ! Et puis le résumé du roman me fait bien envie. Et puis vos avis confirment mon envie. Et puis… il ne me reste plus qu’à le trouver quelque part ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s