Huit questions à une libraire…

Pile livresParce que l’été est une période de transition et de réflexion sur son avenir, on est allés, rien que pour vous, à la rencontre d’une libraire. Un grand merci à la libraire de la librairie L’arbre à lettres¸dans le 5ème arrondissement à Paris, qui a accepté de répondre à nos questions.

Leeko et Tic-Tac-Toe : Avez-vous plus d’échanges avec les auteurs ou les éditeurs ?

Avec les éditeurs. C’est rare de communiquer avec les auteurs, nous voyons en général les éditeurs. Les auteurs écrivent leur livre, on les rencontre si on les voit en signature, mais c’est tout ; et encore,  avec la production que nous avons, nous rencontrons très peu d’auteurs. Donc nous avons plus de contact avec les éditeurs.

L&T : Quelles sont les différentes facettes du métier de libraire ?

Nous faisons beaucoup de choses : nous réceptionnons les livres, nous faisons la caisse, les offices, les vitrines, nous animons les livres sur table, nous faisons des signatures, des rencontres, des animations d’opérations, des mises en avant du fond, de collections ou d’auteurs, nous conseillons, nous lisons beaucoup, nous nous informons, etc.

L&T : Arrivez-vous à lire tous les livres ?

Non, la production est trop énorme. Le but du libraire n’est pas d’être une machine à lire, c’est de savoir être passeur de livres.

L&T : Pouvez-vous nous présenter brièvement une journée de libraire ?

On ouvre la grille, on fait la caisse, on reste en caisse, on accueille les clients ; puis, à la fin de la journée, on retape les tables, on range les livres en rayons, des cartons arrivent, on réceptionne (c’est-à-dire que l’on ouvre les cartons et on vérifie que l’on a bien reçu les livres qu’on a commandés), on les répartit par rayon, et chaque libraire vient chercher les livres en  fonction des rayons dont il est responsable. Entre temps, nous avons des rendez-vous avec des représentants, c’est-à-dire des personnes qui représentent les maisons d’édition et qui viennent nous proposer leur catalogue. Parallèlement, certains vont tenir la caisse : s’occuper des clients, donner des conseils, chercher les commandes qui ont été reçues et mises de côté. Enfin nous pouvons en même temps faire les vitrines, les mises en avant, écrire des bandeaux. Tout cela peut se faire en une journée, ou peut être réparti en une semaine.

Certaines tâches prennent plus de temps : par exemple, si l’on reçoit une palette de vingt ou trente cartons (par exemple pour la rentrée littéraire de fin aout-début sept), on passera plus de temps à déballer les livres qu’à s’amuser à faire les vitrines et à retaper. On devra également le faire, mais pas comme on pourrait le faire avec du temps devant nous. C’est pour cela que cela se fait en amont : il faut réfléchir dès à présent aux vitrines de rentrée.

L&T : Quels sont les impacts des livres numériques sur les librairies ?

Pour l’instant, en tout cas ici, nous n’en ressentons aucun.

L&T : Avez-vous l’impression que les gens lisent moins depuis quelques années ?

Je ne prendrais pas la question comme cela : je pense qu’ils lisent autrement. La production a augmenté, il y a beaucoup plus de livres qu’avant, et donc, forcément, je pense que les lecteurs lisent différemment. Aujourd’hui, en période de crise, les budgets sont différents ; ils le sont également pour  les plus jeunes : avant, ils n’avaient pas à mettre un budget pour leur téléphone ou autre chose. Avant, lorsqu’ils avaient des sous, c’était pour aller acheter un livre. Je pense que lecteurs ont surtout changé leur façon de lire et leur temps de lecture : ils sont toujours lecteurs mais ils lisent peut-être moins dans la durée. Il y a toujours de grands lecteurs, la librairie ne souffre pas encore de ça. Mais c’est sûr que la production surtout est énorme : elle est beaucoup plus importante que la demande.

L&T : Quelles sont les études pour devenir libraire ?

Il y a effectivement une école pour devenir libraire, mais je ne pourrais pas vous en parler parce que je ne l’ai pas faite. Certains libraires l’ont faite mais ce n’est pas une obligation. L’idéal est d’avoir un parcours universitaire,  une bonne culture générale, un bon contact car c’est avant tout un commerce, et avoir une soif de découverte qui est constante. Ce qui fait la qualité du libraire, c’est son enthousiasme sur la durée, c’est celui qui est capable d’être bon sur la durée. Toutes ces compétences-ci, les quatre/cinq premières années du métier de libraire, elles sont normales, elles sont obligatoires même. C’est sur le long terme que c’est intéressant de voir combien de libraires peuvent résister à un travail à la fois physique, intellectuel, combien sont capables d’innover, de s’adapter à leur clientèle, de toujours avoir une curiosité, une vivacité, un enthousiasme. Voilà ce qui fait la force du libraire sur le long terme.

L&T : Êtes-vous responsable d’un rayon en particulier dans la librairie ?

Non, je chapeaute à peu près tout ici. Mais effectivement dans la librairie, chaque libraire a un rayon, voire deux, dont il est responsable ; sachant que le but de la librairie indépendante et généraliste, c’est essentiellement de faire des libraires polyvalents, c’est-à-dire que même s’ils sont responsables d’un domaine, donc par exemple de la bande dessinée ou de la littérature, ils sont tout de même capables de renseigner sur tout, d’être au courant de tout de ce qui se passe dans la librairie, parce qu’un client aujourd’hui va être intéressé par beaucoup de choses.


On espère que cet article vous aura renseigné et intéressé 🙂

Alors, il vous tente, le métier de libraire ?

Leeko

Tic-Tac-Toe

Publicités

3 réflexions sur “Huit questions à une libraire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s