Comment je découvris que mon poulet était une hermine…

Cela fait maintenant deux semaines et on n’en revient toujours pas… Car oui, vous le savez sans doute, le 1er juillet avait lieu la journée des JBnautes – enfin, la journée Je Bouquine / Plume Académie. L’avant-veille, c’était le rassemblement au parc Floral, et le lendemain, on partait, Violette, Leeko, Azle, et Tic-Tac-Toe, pour quatre jours à la maison de campagne de Violette. Alors oui, vous vous en doutez bien, ça fait deux semaine mais les paillettes dans nos yeux (et dans nos cheveux !) ont du mal à s’estomper. Et les écrits sont restés, notamment celui-ci, un gros délire dont on vous propose d’écrire la suite !


Mon nom est Lucie. Vingt printemps se sont écoulés depuis que je suis née. Mon histoire commence hier. Remontons le temps, et retrouvons-nous lundi 23 octobre, 9 heures du soir.

Je suis chez moi, mon poulet domestique sur les genoux, lovée sur mon lit sous une tonne de couvertures. Je lis sereinement une histoire triste, les soucis du monde extérieurs oubliés, lorsque Johnny (mon poulet chéri) bondit sur le sol. Je tente de le reprendre sur mes genoux, seulement il hurle et remue en tous sens, surexcité. Il me file entre les doigts et s’enfuit vers notre cuisine. Je le suis et le découvre penché sur un livre de recettes, ouvert sous ses yeux et qu’il feuillette fébrilement. Extrêmement surprise, je l’interpelle :

« Johnny ! Tu peux lire ?!

Johnny tourne les yeux vers moi. Il me répond, étonné :

– Evidemment, je ne suis point sot ! Pour quelle sorte d’hermine me prends-tu ?

– D’hermine ? De quoi ? Pourquoi une hermine ?

– Oui, une hermine. C’est tout de même évident, non ? Ne retrouves-tu point en moi le splendide physique d’une hermine ?

– Enfin, Johnny ! Tu es un poulet ! Et tu… tu peux t’exprimer comme un homme !

– Bien sûr que je m’exprime. Et puis cesse donc de me nommer « Johnny », mon nom est Don Luis Del Sicilio ! Ceci dit, je dois cuisiner, je désire que tu sortes dès que possible.

Impressionnée, je sors doucement de notre cuisine. Mon esprit est sens dessus-dessous : mon poulet est une hermine ? Il discute et trouve que c’est commun ? En plus de quoi, il est complètement prétentieux ? Je n’y comprends plus rien. Je reste debout près de l’entrée. Hébétée, je surveille le retour de John – excusez-moi, de Don Luis Del Sicilio–, et l’entends ronchonner derrière le mur.

Lorsque quinze minutes se sont écoulées, Don Luis sort enfin. Il porte des lunettes sur le bec et soulève un bol de cookies du bout des plumes.

– Une idée m’est venue de confectionner des cookies pour fêter mon existence, dit-il.

– Ton existence ? Enfin, Johnny ! Tu existes depuis plus de 3 hivers ; tel un poulet et non une hermine.

– Je veux fêter le début d’une future longue et glorieuse vie d’hermine, explique-t-il.

Et sur ce, il se pose sur les couvertures. Il pioche un cookie et il le déguste goulûment. Les cookies en question ont une drôle de couleur et ils sentent le brûlé. Ils ne me donnent peu envie d’en goûter un… Seulement, Johnny semble réjoui et comblé, si bien qu’il ne me fixe plus, concentré sur le goût exquis (je n’en doute point) de ses cookies. En conséquence, je me sens tentée, séduite, hypnotisée, envoûtée, ensorcelée. Et Johnny m’en tend un ! Je le prend et vite, je le gobe tout entier. Johnny me fixe ; et il sourit. Son sourire me donne peur.


Ce texte vous parait étrange ? C’est parce qu’il n’y a aucun « A » 🙂 A vous de le poursuivre en commentaire, à la manière d’un cadavre exquis, c’est-à-dire en tenant compte du commentaire précédent, en délirant, et surtout, en ne mettant aucun A ! (et il faut que les formulations soient un minimum normal)

Au plaisir de vous lire !

Capture d’écran 2015-04-27 à 11.56.50

Publicités

7 réflexions sur “Comment je découvris que mon poulet était une hermine…

    • Je vous trouve vraiment très étrange ce qui me désole encore plus de ne pas avoir pu me rendre à la JBday l’autre jour … J’aurai vraiment aimé vous rencontrer et discutez avec vous sur l’existence d’une intelligence supérieure qui pourrait diriger l monde dans une dizaine d’année … Une intelligence supérieure qui je n’en doute pas serait ….

      J'aime

    • Mais de rien 😉 Oui, j’en avais entendu parler; je crois qu’il y a aussi un roman sans verbe ou quelque chose comme ça, c’est juste une description d’une fissure et à partir de ça tu arrives à comprendre toute l’histoire.
      Minable? Tu plaisante j’espère, c’est génial! Maintenant, vous n’avez plus qu’à adapter vos nouvelles respectives à cette méthode et vous serez hyper-célèbres 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s