Le neuvième art

Aujourd’hui, alors que je me baladais tranquillement sur Internet, j’ai découvert un site de courtes nouvelles ou BD, et je l’ai trouvé génial ! Voici le lien si vous voulez y faire un petit tour :  http://short-edition.com

J’en ai lu plusieurs et j’ai fait une petite sélection de mes préférées. J’espère qu’elles vont vous plaire 😉 !

J’ai bien aimé cette petite BD, pleine de joie, de flatteries, de sourires et d’amour. Les dessins sont très légers (sûrement peints à l’aquarelle) et puisque il n’y a pas de fond, on se concentre plus sur les personnages. Très bon choix de la dessinatrice.

Les références sont très bien trouvées ! Ci dessous, le passage déclamé par le Renard, dans la véritable version pour ceux dont la mémoire leur ferait défaut.

« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »

Je dirais donc, que cette petite parodie de la célèbre fable le Cor-Beau et le Renard mérite bien son 16,578563/30 (J’aime la précision.)

J’a-do-re les dessins ! Il y a de la couleur juste là où il faut, là où il faut concentrer son attention… Le fond est très bien comme il est, et n’a pas besoin de plus de détails. Il y a juste peut être un peu trop d’espace entre les cases, mais sinon ça va très bien ! Les personnages sont vraiment trop mignons, avec leurs petites bouilles, leurs bouches bananes et leurs yeux en noyaux de cerise !

Au niveau de l’histoire, ce n’est pas si original que ça, mais l’idée des « bottes » secrètes est très bien trouvé ! Et puis, on s’identifie à un personnage, entre la mère et toutes ses techniques de combat, la fille qui n’a pas vraiment confiance, et le père et son fils qui (on l’a deviné) vont probablement gagner !

Le titre est aussi très bien trouvé (encore une référence à Star Wars ^^) ! Cette BD mérite donc largement son 17,9/20 (on s’approche des 18 !)

Que dire… que dire… ? Après une longue (très longue) réflexion, je qualifiais cette petite BD avec ce seul mot : Simple. Oui, cette BD est simple, un peu trop peut être, mais je suppose que c’était voulu de l’auteur. Et c’est cette simplicité qui fait son charme. C’est cette simplicité qui nous fait rire, la simplicité des dessins, de l’histoire. Remarquez que les cases ne sont même pas tracées à la règle. Les décors sont à peine dessinés. On distingue dans les premières cases un platane en fleur ainsi qu’une mare, dont la couleur dépasse les contours. Et on dirait que Georges a des casquettes sur ses yeux ! Et au niveau de leur espèce, après une longue, très longue réflexion, je dirais que Georges est une limace (verte, oui bon…) et Fred, euuh… un scarabée (sans carapace…) ?

Bon, je fais beaucoup de critiques, mais si j’ai choisi de vous présenter cette BD, c’est que je l’ai quand même beaucoup aimée ! C’est pourquoi j’ai l’honneur de lui décerner, après longues réflexions, la note suivante… 17/20. Une note, simple.

Gros coup de cœur pour celle là. On voit d’abord un enfant qui s’amuse avec un cerf volant. L’arbre est enfant lui aussi. Puis, dans la deuxième case, l’enfant a grandi, comme l’arbre. Il devient adulte. Puis il vieillit. Puis il meurt, il repose sous cet arbre qui a bercé toute sa vie, sous cet havre de paix, cette source de vie. Dans la dernière case le vert est devenu pâle, le bleu est devenu gris. L’arbre a disparu ; il ne reste plus rien du temps d’avant. Il y a une route, sur une colline sans fleurs. Dans le fond, des immeubles, des avions. Notre monde. Un monde gris, sans soleil…

Prenez deux minutes ; réfléchissez. Quel est le monde dans lequel vous auriez voulu vivre ? Celui de la case numéro 1 ? Celui de la 4 ? Ou celui de la 6, le notre ?

Prenez deux minutes ; respirez. Est ce que l’air vous semble pollué ? Mais avons nous déjà gouté à de l’air pur ?

Prenez deux minutes ; et faites ce qu’il vous semble bon de faire. Un geste, n’importe quoi, peut être même juste un pas ; un pas de plus pour retourner, doucement, à notre monde d’avant. Pour retourner à notre colline. Pour retourner à notre arbre.

Leeko

Publicités

7 réflexions sur “Le neuvième art

    • J’ai décidé de ne pas lui mettre de note parce que… On ne peut pas vraiment noter notre société.. Mais la BD en elle même mériterait bien un joli 19,99874568252725/20 (Vive les longs chiffres après la virgule.) ^^

      J'aime

    • Merci 😉 ! Oui, tu devrais, c’est vraiment un site très sympa (et tu y feras peut être la rencontre d’un gentil petit robot poète, solitaire et attachant, si tu cliques sur la couverture d’une BD qui a été retirée du site 😉 )

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s